dimanche 19 octobre 2014

Un Dimanche au Salon du Livre de Sherbrooke

Récolte plus modeste de photos. Ici, un format plus familial. Ça suffit les vedettes et le jetset!

Merci Sherbrooke, je t'aime.

À bientôt!


Marie, on a beaucoup échangé par contact visuel, cette année!

Isabelle, gardienne des Six Brumes


Le Prince des Hommes nous gracie de sa présence!

Des yeux de biches tournés vers l'avenir...

Dans les bras de maman

J'ai dompé mon bébé dans les bras de Thierry (voyez la complicité qui se développe)
 
«Tu as écris TOUT ça, papa?»
«Non, juste ces cinq là...» 

«Ne baisse pas les bras, papa. Une fois ma couche changée, nous irons loin!»

L'équipe d'AdA (Cette année, je n'ai pas choisi le forfait «massage à la table de dédicace», allez savoir pourquoi! )

Jonathan découvre la page centrale d'Averia
(tentative désespérée de mousser les ventes!)

samedi 18 octobre 2014

Un Samedi au Salon du Livre de Sherbrooke!

Votre intrépide auteur préféré s'est rendu au Salon du Livre de l'Estrie, encore une fois!

Je n'ai pas réussi à prendre tout le monde en photo, mais c'est par choix parce que j'ai manqué de temps!

Au menu, très peu de ventes, mais de fidèles lecteurs qui sont venus chercher des tomes 2, 3 et 4. Ça fait chaud au coeur!

Sinon, déjà l'ébauche de nouveaux projets au contact de nouveaux collègues. Ah que c'est exaltant de rencontrer des auteurs! 

À demain!


Des amis dès l'arrivée! Que c'est convivial, Sherbrooke!


Matante Francine!

Francesca! (qui m'a promis de terminer mon livre dans les six prochains mois)

Geneviève! «L'année prochaine, tu pourras écrire des niaiseries.»

Marie-Eve sourit en passant aux tortures qu'elle me réserve

Danielle: «Là, arrête de me montrer fâchée! Prends la photo quans je souris!»

Aude, qui sait comment me consoler: du subway! Youppi!

Benjamin: «Patrice, ton écriture est fluide, mais il te manque quand même un peu de barbe!»

Annie, on a enfin eu l'occasion de jaser un peu!

Yvan, qui m'assure qu'avoir les yeux jaunes n'est pas un symptome de l'Ebola.

Pat et Sylvie, qui transmet des câlins en provenance d'Abiti

Catherine a des doutes sur Averia

Jonathan approuve cette discussion (et tentative de plan d'ensemble aux Six Brumes)

Selfie de tough

Marilou! (Ah zut! Je n'ai rien de drôle à exploiter dans ta photo cette année!)

Kim, qui partage son temps entre les palmarès et les salons!

Martin ploggue subtilement son tome 2!

Miro, seul, triste, mais bien hydraté!

Nicole et son éditeur, des regards tournés dans la même direction!

Jonathan et Luc, l'air studieux!

Mylène, au loin!

Jean-Pierre, dont j'ai adoré le SOS!

Max à Martin: «Il nous faudra 300 Sentinum de plus.»


Géronimo harangue ses su... Oh... c'est vrai. Nous avons fait la paix...

Alain, promu au rang des célébrités de ce blogue!

*Siffle siffle siffle* «Ne t'arrête pas devant mon kiosque, Cazeault...»

mercredi 15 octobre 2014

This is the end...

Tiré de ma page Facebook.

Je reviendrai en parler plus, ici, un peu plus tard...

***

Chers lecteurs...

J'ai une triste nouvelle à vous annoncer. Averia 5 sera bel et bien le dernier tome de la série.

Ça se termine avec «Averia 5 - Laïka» en novembre.

Les ventes décevantes des tomes 2,3 et 4 auront eu raison de la série. L'éditeur, cette semaine, m'a demandé de passer à autre chose. Ce n'est pas une décision liée à l'oeuvre en tant que telle.

Les éditions AdA croient en moi, sont impatients de voir quels nouveaux projets je vais leur proposer, ont très hâte de travailler encore avec moi.

Mais ce ne sera pas avec Averia 6.

On ne peut pas demander à un éditeur de maintenir une série sur le respirateur artificiel juste pour faire plaisir à l'auteur. C'est déchirant, mais je n'ai pas le choix d'accepter cette décision.

Vous ne pouvez pas imaginer la peine que je ressens à l'idée de laisser Averia inachevé. C'est ce que j'ai fait de mieux dans ma vie. Ces bouquins sont les fruits de tous mes efforts depuis 2009.

Au moins, je peux vous assurer que, par bonheur, ce tome 5 clôt bien la série tout de même. Ce n'est pas la fin que j'ai envisagée, mais ça termine tout le volet Seki-Myr de l'histoire. Vous en aurez pour votre argent.

J'ai tout donné dans ce bouquin-là. Ce tome 5, c'est la somme de mes talents, c'est ce que j'ai écrit de mieux, l'histoire que je veux raconter depuis 2009. Ça me paraît être le roman que je ne peux surpasser... bien que je m'étais donné le défi de le faire avec Averia 6.

En ce qui concerne Averia 6, j'ignore ce que je vais en faire. 48 000 mots au compteur, mais j'ignore si je pourrai le terminer. Je ne sais pas s'il verra le jour, sous une forme ou sous une autre, dans un futur proche ou éloigné.

Dans tous les cas, mes chers - mes fidèles lecteurs - merci de votre soutien infaillible depuis toutes ces années.

Cet Averia 5 est pour vous.

En attendant de se retrouver dans de nouvelles pages.

-Patrice


lundi 29 septembre 2014

Deux publications s'en viennent...

L'air de rien, j'ai quand même deux bouquins qui s'en viennent bientôt! Les deux en novembre, juste à temps pour le Salon du Livre de Montréal, m'a-t-on promis.

Avec trois publications pour 2014... 2015 va me paraître plutôt vide! 

Au rythme où vont les choses, je serais surpris de publier l'an prochain. J'ai 44 000 mots pour A6, mais le chantier est énorme.

C'est décidé, je blâme ma baisse de productivité à mon sevrage de boisson énergisante.

***

Sinon, que pensez-vous des couvertures?

Averia 5, Laïka

Blé 2, Parce qu'on sème

jeudi 11 septembre 2014

Star Wars épisode 3

Il y a une scène, une SEULE et unique scène dans toute la prélogie qui m'a fait ressentir quelque chose. Tout le reste est à oublier.

Et je pèse mes mots.

***

Il y a tout un tas de scènes puissantes dans les films originaux.

Celle qui m'a le plus marqué lors de ma plus récente écoute (il y a quelques mois), c'est au tout début de l'Empire contre-attaque, quand on annonce à Leia que les rebelles doivent fermer les portes blindées de la base secrète, abandonnant ainsi Luke et Han à la morsure de la tempête qui fait rage dehors.

La porte se referme. R2 trille de désespoir et même C3PO se tait l'espace d'un instant. Puis la caméra avance sur Leia. Elle pèse dessus. Nous fait vivre son angoisse. Wow!


l'image ne rend pas justice à la scène
Du ressenti, donc. Un enjeu. Exprimé sans mots par l'actrice principale, qui se contente de reculer pour s'appuyer contre la poitrine du Wookie.

Elle ne lui confie pas «Oh, je suis inquiète pour Han et Luke.» On le sait. On le voit. Son jeu nous le dit, la caméra nous le souligne.

L'image capture parfaitement la scène, sans trucage...

***

Il y en a quelques-unes comme ça.

Avant de passer à la SEULE scène de l'épisode 3 qui agite un tout petit quelque chose dans mes tripes, je me permets un autre détour.

***

Lucas nous a volé une scène.

Elle s'écrivait toute seule, en réaction, en symétrie avec l'une des toutes dernières du Retour du Jedi.

Je me souviens, en 2005, avant de voir l'épisode 3, j'avais encore espoir d'assister à ce moment...

Quand l'Empereur terrasse Luke, le torture en déchaînant sur lui toute l'horreur du côté obscur de la force... et que Darth Vader observe son fils agonisant qui l'appelle à l'aide... qui tend la main vers lui pendant que son maître continue de l'électrocuter... Darth Vader qui observe, qui se soumets, spectateur impuissant... avant de se rebeller et de se sacrifier en poussant son maître vers la mort.

Je me disais: il FAUT que ce soit en réaction avec ce qui précipite la chute d'Anakin Skywalker.

Dans l'épisode 3, espérais-je, il FAUT que nous assistions à la mise à mort de Padmé, que l'Empereur la torture de façon similaire pendant qu'Anakin ne peut qu'observer, impuissant, soumis à son nouveau maître. Soumis au choix qu'il a fait de suivre le côté obscur...

Dans l'épisode 3, Darth Vader se laisse enchaîner. Dans l'épisode 6, il brise les chaînes.

Ça aurait été mille fois plus puissant que ce à quoi nous avons finalement eu droit...


***

J'ai aucune idée pourquoi j'avais envie de vous parler de Star Wars, aujourd'hui! Vraiment, aucune!

Et je me rends compte que j'ai entamé ce billet trop tard, zut! Je manque de temps pour aborder le sujet principal (belle gestion, bravo!).

Je vous reviens avec le reste bientôt ;)

mardi 12 août 2014

Le 12 août, j'achète un livre québécois

Et un dernier petit mot, de moi.

Merci de tout coeur à tous ceux qui ont participé de près ou de loin au succès de cette journée.  Vous avez été, mes chers amis, exceptionnels. À ceux qui se demandaient «C'est bien beau cliquer sur J'aime, mais pour quel résultat?...» Eh bien voilà. Admirez!

Vous avez fait de cet événement quelque chose de vivant, de beau, de positif. Ce matin, comme hier et demain, d'ailleurs, j'envisage l'avenir de la littérature au Québec avec beaucoup d'espoir.

N'oubliez pas, si vous n'avez pas eu la chance de participer aujourd'hui, vous pouvez le faire un autre jour. Le 12 août peut se prolonger longtemps...

J'ai vu défiler aujourd'hui sur la page de cet événement des bouquins extraordinaires, une culture riche, variée. J'ai vu défiler des gens fiers, aussi. J'ignore combien de temps cet événement va rester actif sur Facebook. Il se peut que cette belle journée soit bientôt avalée par demain. Alors, en attendant de se réunir à nouveau, c'est à vous de continuer à faire vivre ce 12 août sur vos murs et parmi vos proches. Je vous passe le flambeau avec une grande satisfaction!

Pour ceux et celles qui désirent continuer de suivre mes péripéties, vous pouvez m'espionner sur ma page «Patrice Cazeault, auteur» (www.facebook.com/averia.tharisia). Ma collègue et amie, Amélie Dubé, se cache plutôt par ici : https://www.facebook.com/pages/Am%C3%A9lie-Dub%C3%A9/125658934295523?fref=ts

Merci de tout coeur, encore une fois. Vous avez fait rayonner la culture québécoise de mille feux aujourd'hui. Et les jours qui suivront...

De mon côté, je visse mon chapeau d'auteur sur ma tête et je retourne à mon clavier que j'ai beaucoup délaissé ces deux dernières semaines. J'ai des personnages à faire vivre, des mots et des images à laisser couler sur les pages.

On se reparle très certainement l'année prochaine. Ou dans les prochains mois, qui sait? J'ai espoir que, le 12 août prochain, quand je vous enverrai une nouvelle invitation, vous me répondiez: «Oh! Patrice! Excellente idée, comme toujours. Mais, tu sais, entre temps, j'ai découvert tel auteur... et tel autre... et j'ai dévoré le livre de celui-ci...»

En attendant, donc, je vous laisse sur ces mots qui me sont chers...

«À suivre...»

mercredi 30 juillet 2014

Le 12 août...

Si vous lisez déjà ce blogue, j'OSE espérer que vous avez mis le nez par ici, sur l'événement que j'ai créé il y a quelques jours?

Le 12 août, j'achète un livre québécois

Hum hum? Oui? C'est bon, merci beaucoup!

Déjà 2600 participants d'inscrits. Et, contre toute attente, j'arrive encore à me concentrer pour bosser sur mes bouquins le soir ;)

Allez, on se croise dans une bouquinerie le 12?